Rien que des mots pour guérir des maux

27 avril 2016

A nulle autre pareille

Je ne serais jamais un hugo, un corneille,

Encore moins un De Vigny, un racine.

Ils pouvaient d'un trait, d'un point, d'une virgule,

D'un simple jet de plume, d'une majuscule

Embellir les mots de couleurs vermeilles,

Dévoiler leurs âmes d'une simple ligne.

 

J'aimerai tellement brûler de ce feu sacré,

Qu'illumine chaque mot, chaque rime, chaque vers,

Mais je ne sais quoi, une pudeur, une défiance

Retient ma main, paralyse mon esprit, endors mes sens,

M'empêche d'écrire mes plus intimes pensées,

Me dissimule tout un monde, tout un univers.

 

J'imerai tant être ce poéte d'un jour,

Connaître la face cachée du miroir,

Mon idéal, une simple étincelle,

Envolés mes espoirs de simple troubadour

Et, s'éteint mon âme dans l'obscurité du soir.

 

Mais je suis moi et à nulle autre pareille.

Je m'enferme dans mes songes, mes douces rêveries,

En toute candeur me plonge dans ma conscience,

Redonne à mes heures, mes jours leurs espérences.

Ainsi tout mon être magnifié s'émerveille

Et, d'allégresse entonne un hymne à la vie; 

 

                                                                 Isbel Thi Mao

                                                                                                                     Tout droit réservé

Posté par Isbel Thi Mao à 07:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]